Urgences vétérinaires : Mon oiseau ne mange plus

 

CONDUITE A TENIR EN URGENCE :

Proposer à votre perroquet à boire : cela permet d’une part de réhydrater l’animal et d’autre part d’humidifier le contenu de l’estomac. Proposez-lui de l’eau ou du jus de fruit. S’il ne veut pas boire, ne le forcer surtout pas car il peut faire une fausse route.

Maintenir votre oiseau au chaud : lorsque l’anorexie est prolongée et/ou que l’animal est en choc, sa température corporelle diminue rapidement. L’hypothermie participe à l’entretien de l’état de choc. Installez votre oiseau près d’une lampe de bureau ou d’un chauffage et contacter un vétérinaire rapidement.

 

 

 

GRAVITÉ :

Urgence vétérinaire vraie. Lorsque la vigilance de l’animal est adéquate, la consultation peut être différée de quelques heures.

 

PRINCIPALES CAUSES POSSIBLES :

Causes digestives : Intoxication, corps étranger, bornavirose, maladie de dilatation du proventricule, entérite.

Causes extra-digestives : maladie systémique (insuffisance rénale/hépatique/cardiaque, processus infectieux, néoplasie), stress, douleur.

 

QUEL VÉTÉRINAIRE CONTACTER : VÉTÉRINAIRE TRAITANT, VÉTÉRINAIRE A DOMICILE, CENTRE D'URGENCE VÉTÉRINAIRE, ... :

La prise en charge des cas d’anorexie ayant une répercussion importante sur l’état général est difficile à domicile. De plus, les examens complémentaires nécessaires au diagnostic ne sont généralement pas réalisables sur place et nécessite du matériel disponible uniquement dans une clinique vétérinaire.
En conséquence :

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié.
  • Si vous ne pouvez pas vous déplacer, un vétérinaire à domicile connaissant les oiseaux peut apporter les premiers soins
  • En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable. En effet, une surveillance vétérinaire prolongée doit être mise en place, un traitement de l’état de choc, la mise en place d’une réalimentation forcée et des examens complémentaires (radiographies, analyses de sang…) sont nécessaires.

 

HOSPITALISATION :

Souvent nécessaire et même indispensable dans les cas graves. Selon la situation, une radiographie et des analyses sanguines permettront de localiser l’origine de l’anorexie et de fournir un pronostic. Cependant l’urgence principale est de gérer l’état de choc et de mettre en place des perfusions adaptées, de garder l’animal au chaud et de le réalimenter. Une fois l’animal stabilisé, d’éventuels examens ou traitements plus invasifs peuvent être envisagés.

 

VOIR AUSSI :

  • Mon oiseau a une rétention d’oeuf
  • Mon oiseau a une fracture
  • Maladie digestive
 
   
CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis