Apprendre la propreté à son chiot

Apprendre la propreté à son chiot

Pour le chiot (et le chien en général), la propreté n’a aucun sens. Il s’agit pour lui d’un exercice nécessitant une réorganisation complète de son comportement d’élimination.

Quand apprendre la propreté au chiot

L’apprentissage peut commencer dès 8 semaines mais la propreté est rarement acquise avant 4 à 6 mois, notamment la propreté nocturne.

En général, cette période correspond à peu près à l’arrivée du chiot à votre domicile. Il ne faut pas différer cet apprentissage. Il va vous demander une certaine implication et une bonne connaissance des besoins du chiot qu’il faudra anticiper.

Un chiot doit avoir la possibilité de se soulager au moins toutes les deux heures. Il existe des signes annonciateurs : il regarde autour de lui, tourne en rond et commence à flairer les coins qui lui semblent intéressants.

 

Comment apprendre la propreté à un chiot ?

Il faut observer et vérifier vers quel support naturel le chiot est attiré pour faire ses besoins : herbe, sable, gravier, …

Par tous les temps, le chiot doit être sorti après son réveil, après avoir mangé ou bu, le soir avant le coucher.

Il faut bien différencier les codes qui doivent lui permettre de distinguer l’intérieur du logement et le milieu extérieur. Pour cela, accompagner le chiot sur le lieu souhaité, en étant simple et précis sur la communication, toujours utiliser le même ordre. Le chiot saura qu’il peut se soulager :

  • Lui dire où aller, exemple : « dehors »
  • Sur le lieu souhaité, lui dire quoi faire : « pipi, crotte »
  • Le féliciter quand il s’exécute parce qu’il est sorti pour cela, l’ignorer s’il ne fait rien
  • Quand il fait ses besoins dans un lieu non souhaité, l’arrêter sans crier et l’emmener sur le lieu choisi. Lui faire peur ne lui apprendra pas la propreté.

Les erreurs classiques à éviter

Le comportement d’un chiot, ses modes de communication, … sont très différents de ceux d’un humain.

  • Ne pas gronder le chiot quand vous rentrez et trouvez des excréments ou de l’urine
    C’est une méthode qui ne sert à rien, c’est même contre-productif. Le chiot ne fait pas le lien entre les souillures et la réprimande mais entre votre arrivée et la réprimande. Nettoyez le sol correctement afin d’éliminer totalement l’odeur, mais pas en sa présence car en vous voyant accroupi en train d’agiter une serpillère, il pourrait prendre cela pour un jeu. Le gronder « gentiment » n’a d’intérêt que s’il est pris sur le fait et redirigé immédiatement sur le lieu souhaité.
  • Ne pas mettre le nez du chiot dans ses excréments.
    Le chiot n’éprouve pas de dégoût pour ses selles et peut même prendre l’habitude de les ingérer.
  • Ne pas apprendre au chiot à faire ses besoins sur un journal.
    C’est aussi difficile pour lui que d’apprendre à faire dehors et le déconditionner sera souvent très dur.
  • Ne pas nettoyer les endroits souillés avec des produits à base d’ammoniaque ou d’eau de Javel.
    Leur odeur renforce l’attrait du chiot pour l’endroit nettoyé.        
CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis