Douleur chez le chien ou comment savoir si mon chien souffre

Douleur chez le chien ou comment savoir si mon chien souffre

Comment reconnaître la douleur chez le chien

Les plaintes

Chez le chien, les plaintes sont très irrégulièrement associées à la douleur. Elles sont plutôt associées aux douleurs aiguës et intenses (violent traumatisme par exemple) mais beaucoup plus rares lors de maladies chroniques (arthrose avancée, affections digestives, rénales,…). Comme pour l’homme, le tempérament du chien intervient également et certains émettent plus facilement des plaintes que d’autres.

Enfin, il ne faut pas confondre plaintes et vocalises. Certaines affections neurologiques, la sénilité, … peuvent être associées à des vocalises qui expriment plus de la confusion mentale que de la douleur.

            Le changement de comportement

C’est un signe beaucoup plus fréquent mais aussi plus subtil à détecter. Souvent, la douleur va pousser le chien à s’isoler, se cacher, refuser les contacts, mal supporter ses congénères,…

  Photo 1 : Chez le chien, la prosternation ou « position du prieur » traduit généralement la présence d’une douleur abdominale.

Son sommeil peut être modifié (diminué ou augmenté).

Le rapport avec son maître peut changer : il ne remue plus la queue quand vous l’appelez ou quand vous prenez la laisse, ne fait plus de fêtes à votre retour, …

Dans d’autres cas, il peut grogner quand on le sollicite, devenir facilement agressif, …

            L’expression faciale et l’attitude

C’est un bon moyen pour reconnaître la douleur. Dans les douleurs chroniques, le regard devient triste, vide ou hagard. Les traits se tirent. Le chien peut aussi prendre des positions anormales : la prosternation, ou « position du prieur » (arrière train levé et avant du corps couché) (photo 1) traduit souvent une douleur abdominale, la marche le dos voussé ou la tête basse, …

Une agitation anormale, se lever et se coucher sans arrêt, refuser de sortir de son panier, … sont aussi des signes classiquement associés à des douleurs.

La baisse (voire la perte) de l’appétit peut être également un signe de douleur, potentiellement inquiétant.

Comment évaluer la douleur chez le chien

La mise en évidence des signes précédents par le maître est évocatrice d’une situation douloureuse mais est en partie subjective. Il vous faut alors en discuter avec les autres membres du foyer pour évaluer leur perception et même ne pas hésiter à faire une petite vidéo des signes anormaux pour ensuite les montrer au vétérinaire.

Il est également conseillé de mesurer la douleur en attribuant une note de 1 (faible) à 5 (fort) pour chacune des questions suivantes :

  • Le chien émet-il des plaintes ?
  • Le comportement du chien a-t-il changé ?
  • L’attitude faciale et les positions du chien ont-elles changées ?
  • Le chien est-il anormalement agité ?
  • L’appétit du chien est-il diminué ?
  Photo 2 : Position typique d’une douleur cervicale chez le chien

Vos réponses à ces questions aideront le vétérinaire à évaluer la douleur de votre compagnon avec vous.

Comment gérer la douleur chez le chien

Bien sûr, il faudra rechercher la cause de la douleur et si possible y remédier. Dans d’autres situations, si on ne peut pas « supprimer » la cause, l’objectif sera de contrôler la douleur pour assurer au chien une bonne qualité de vie. Pour se faire, on pourra agir à trois niveaux :

Traitement médical de la douleur

Les vétérinaires disposent maintenant de différentes molécules pour gérer la douleur. Les protocoles utilisés dépendent bien sûr de la cause de la douleur, de sa nature, de son intensité, … mais aussi de l’âge du chien. Dans les cas les plus graves, le contrôle de la douleur peut faire appel à l’hospitalisation temporaire du chien. (photo 3)

 

Photo 3 : L’injection épidurale est un des nombreux moyens permettant de contrôler la douleur chez le chien

Traitement alimentaire

Il existe maintenant des régimes alimentaires spécifiques particulièrement intéressants pour améliorer la qualité de vie de certains chiens souffrant de douleurs chroniques, par exemple, lors d’arthrose, d’affections cancéreuses, … En fonction de la situation, votre vétérinaire vous donnera des conseils alimentaires adaptés ou fera appel à un vétérinaire spécialisé en nutrition.

Hygiène de vie

C’est un élément important. Il a pour but de stimuler l’intérêt chez le chien qui souffre et d’éviter de le laisser évoluer vers un état dépressif. Il faut le promener, jouer avec lui, manipuler ses pattes et ses articulations, le masser, … Dans bon nombre de douleurs chroniques chez le chien âgé, le recours à différentes techniques de physiothérapie, apporte un réel confort de vie à votre compagnon.

CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis