Oiseaux - Système nerveux
Les infos santé chez les oiseaux

Les fiches infos santé liées au système nedes oiseaux

Plusieurs symptômes neurologiques sont fréquents chez les oiseaux. Les convulsions sont probablement le symptôme le plus fréquent. Le perroquet peut tomber épisodiquement de son perchoir ou avoir une crise réelle avec contraction rythmique des muscles, perte de conscience et vocalises. Le syndrome convulsif est généralement relié à un trouble d’origine central soumis à l’influence de son milieu métabolique (glucose, calcium, ions, toxiques) ou une anomalie structurale (effet de masse, tumeur, accident vasculaire cérébral) voire une inflammation (méningite virale). Lorsque toutes les causes sont écartées, on parle alors d’épilepsie primaire.

L'hypocalcémie (diminution de la concentration du calcium dans le sang) peut provoquer des convulsions et elle est particulièrement rencontrée chez le perroquet gris du Gabon (Psittacus erithacus). Elle affecte principalement les jeunes individus nourris avec un régime en graines exclusifs. Ces manifestations épileptiformes sont rarement récidivantes si une prise en charge adaptée est réalisée. Elle résulte le plus souvent d’un défaut d’apport nutritionnel en calcium et/ou vitamine D et d’un manque concomitant d’exposition aux ultraviolets. Les convulsions doivent être traitée en urgence sous peine de mort subite.

Un bilan sanguin complet est recommandé. Pour permettre un diagnostic plus précis, une exploration par une imagerie à résonnance magnétique est recommandée. Par exemple, une insuffisance hépatique peut engendrer ces symptômes. Les maladies hépatiques sont très prévalentes chez les oiseaux de compagnie. La stéatose hépatique ou syndrome du « foie gras » prédispose à la lipidose hépatique et à un dysfonctionnement du foie. Il faut considérer que tous les psittacidés nourris en captivité uniquement avec des graines souffrent de cette pathologie. Les perroquets du genre Amazona sont particulièrement prédisposés. Chez les oiseaux à régime essentiellement frugivore (mainate, loris), on observe des maladies de foie par surcharge (hémochromatose) par accumulation de fer dans le foie.

La paralysie d’une ou des deux pattes est également un motif de consultation fréquent. Elle peut être secondaire à un traumatisme ou une compression d’organe (voir troubles locomoteurs). Elle est fréquente en cas de traumatisme de la colonne vertébrale et en cas d’intoxication aux métaux lourds. Certaines maladies virales se manifestent également par des troubles neurologiques. C’est le cas notamment de la bornavirose ou  maladie de dilatation du proventricule.

Les risques de lésions vasculaires non traumatiques sont élevés chez le perroquet âgé. Ces lésions sont le plus souvent associées à des lésions d’athérosclérose. L’athérosclérose est un processus de remaniement de la paroi des vaisseaux sanguin par des plaques de cholestérol qui les fragilise et les prédispose à la rupture. Le diagnostic fait appel à des techniques de pointe tel qu’un scanner avec angiographie.

La grande majorité des affections neurologiques ont un traitement mais cela réclame un diagnostic précis. Un antidote aux métaux lourds peut être administré comme un traitement anti-épileptique. Enfin une nutrition sans carence est indispensable.

CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis