PBFD (ou maladie du bec et des plumes) chez les oiseaux

PBFD (ou maladie du bec et des plumes) chez les oiseaux

      

Par Minh Huynh, vétérinaire au CHV Frégis
Service des Nouveaux Animaux de Compagnie

La PBFD (Psittacine Beak and Feather Disease) ou maladie du bec et des plumes est causé par un circovirus. Ce virus parmi les plus petits connus au monde est extrêmement résistant dans l’environnement. Il touche les souches sauvages comme de nombreux élevages.

La PBFD affecte principalement les jeunes. Les signes cliniques sont généralement une perte de plume, un changement de couleur des plumes, des déformations du bec, une anémie très sévère ou une immunodépression associé à de nombreux troubles bactériens. Certaines espèces sont particulièrement sensibles : Gris du Gabon, Cacatoes, Perruche ondulée, Lori et certaines ne le sont pas du tout telle que les calopsittes ou les amazones. La circovirose existe aussi chez le canari et le pigeon mais provoque généralement une immunosuppression sans perte de plumes.

Le diagnostic se fait par mise en évidence de particule virale par PCR. Il est possible d’effectuer cette analyse sur les plumes et sur le sang. La présence de virus sur les plumes ne veut pas forcément dire que l’animal est infecté. En revanche la présence de virus dans le sang confirme l’infection. De manière générale, il est recommandé de faire les tests sur les deux prélèvements.

Il n’existe pas de traitements à l’heure actuelle, les essais avec des interférons n’étant relativement efficaces qu’en prévention et avant l’infection. De ce fait le dépistage est particulièrement important et doit être refait après l’adoption de l’animal, même si les tests ont déjà été fournis à l’achat. Lorsqu’un cas est détecté, il est préférable de l’isoler et d’éviter le contact avec tout autre oiseaux pour éviter de disséminer l’infection.

 

Points importants

La maladie du bec et des plumes est transmises par un circovirus

La PBFD est hautement transmissible

La PBFD n’est pas nécessairement léthale mais les oiseaux qui manifestent des signes cliniques ne guérissent pas.

 

Il n’existe pas à l’heure actuelle aucun traitement face à une infection.

Pour toute information supplémentaire ou pour contacter un vétérinaire spécialiste,

cliquez ici.
CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis