Furet : système respiratoire
Les infos santé chez le furet

Les fiches infos santé liées à l'appareil digestif du furet

Causes générales

Les maladies respiratoires telles que la rhinite, bronchite et pneumonie sont souvent infectieuses :

  • Les bactéries : Streptococcus pneumoniae, Bordetella bronchiseptica, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella pneumoniae
  • Les mycobactéries
  • Les virus : celui de la grippe, coronavirus, celui de la maladie de Carré…

D’autres causes comme le lymphome, les fausses déglutitions lors de reflux œsophagiens, les oedèmes pulmonaires secondaires aux maladies cardiaques,  les rhinites allergiques (ou secondaires aux ostéosarcomes), les abcès dentaires ou encore les corps étrangers trachéaux sont responsables d’anomalies respiratoires.

Les facteurs favorisant l’apparition de maladies respiratoires sont : une température ambiante élevée au-delà de 25°C, une hygrométrie inférieure ou supérieure à 60%, l’utilisation d’aérosols ou de parfums d’intérieur dans le milieu de vie du furet. Les litières souillées, poussiéreuses ou à base de résineux irritent les voies respiratoires. Les cages sous ventilées et les courants d’air sont également nocifs.

 

Signes cliniques

Une difficulté respiratoire (dyspnée), une augmentation de la fréquence et de l’amplitude respiratoire (polypnée), des bruits respiratoires (sifflements, craquements), de la toux, un écoulement nasal ou encore une cyanose sont des signes de maladie respiratoire. Des crépitements ou sifflements légers sont entendus à l’auscultation.

Une fatigabilité, un essoufflement, de la toux surtout le matin sont caractéristiques d’une maladie cardiaque. Un souffle cardiaque peut être détecté à l’auscultation.

Diagnostic

La radiographie thoracique permet de repérer les lésions trachéales, bronchiques et pulmonaires et de contrôler la taille du cœur. En cas de suspicion de lymphome, une masse ou un épanchement est recherché. Une ponction de l’épanchement est alors réalisée pour analyse cytologique.

La tomodensitométrie permet d’observer les cornets nasaux, sinus et tout l’appareil respiratoire avec précision. Les lésions intra-pulmonaires comme les abcès sont également repérables.

Une bactériologie après prélèvement sur écouvillon, voire lavage broncho-alvéolaire est indiquée dans le cas de maladie infectieuse.

Les analyses sanguines d’hématologie sont utiles pour objectiver une inflammation et dans le cas de suspicion de lymphome.

La fibroscopie est employée pour observer le larynx, un éventuel corps étranger trachéal et l’œsophage dans le cas de suspicion de reflux gastro-œsophagiens.

Traitement

Un furet présenté en détresse respiratoire doit être hospitalisé pour recevoir une oxygénothérapie.

Un traitement antibiotique est préconisé dans le cas de la pneumonie infectieuse. Il est ajusté selon le résultat de l’antibiogramme. Il est associé à un anti-inflammatoire respiratoire.

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la grippe et la coronavirose.

Les rhinites allergiques et inflammatoires répondent le plus souvent aux traitements corticoïdes.

Des aérosols sont employés pour dégager les voies respiratoires, fluidifier les sécrétions et humidifier les muqueuses irritées.

Pour le cas du lymphome, un protocole de chimiothérapie peut parfois être indiqué. L’alternative repose sur la corticothérapie mais le pronostic de cette atteinte tumorale est réservé.

Complications

Les récidives de maladies respiratoires sont fréquentes. Ainsi, les causes environnementales doivent être ajustées et l’hygiène de la cage irréprochable.

Le traitement peut être long mais est essentiel pour éviter les risques de résistance bactérienne. Des contrôles radiographiques sont utiles pour évaluer l’amélioration des lésions pulmonaires.

 

Points importants

La grippe est transmissible de l’homme au furet et inversement.

Les mycobactéries représentent un risque chez les personnes immuno-déprimées.

CNIL | Informations Légales | Contacts | Plan du site | Offres d'emploi | © Centre Hospitalier Vétérinaire Fregis